mardi 8 février 2011

Montessori : introduction

Je ne veux pas dévoiler mon identité, pourtant mes réflexions sur cette fabuleuse (!) pédagogue vous donneront des indices sur ma façon de voir le monde de l'éducation.

Biographie

Maria Montessori, femme italienne ayant vécu de 1870 à 1952.
Elle fait des études universitaires en médecine -malgré l'avis défavorable de tous (son père surtout)- pour en sortir diplômée à 26 ans : elle devient alors la première femme médecin d'Italie.
Elle va commencer sa carrière dans le secteur de la psychiatrie chez les jeunes dits idiots ou débiles (termes de l'époque regroupant plusieurs déficiences ou handicaps). Pendant 10 ans, auprès de ces enfants dits anormaux, elle va élaborer une méthode pour leur rendre la volonté d'agir qu'ils n'ont pas ou plus. Dans le même temps, elle étudie et traduit les travaux des français Jean Itard (1774-1838) et Edouard Séguin (1810-1880), deux médecins et pédagogues eux aussi préoccupés par les enfants dits anormaux.
Le Dr Itard s'occupe d'un établissement de jeunes sourds-muets. Il est plus connu pour  sa relation éducative avec le jeune Victor de l'Aveyron, dont Truffaut a tiré un film (L'enfant sauvage). Il émet l'hypothèse qu'à un certain âge, l'enfant ne serait plus capable d'apprendre à parler. Il réfléchit aussi à l'acquisition des idées de morale, de bien et de mal chez l'enfant.
Quant au Dr Séguin, élève d'Itard, il entreprend un traitement des jeunes idiots par un travail sur la prise de conscience de leur corps, le travail des cinq sens et surtout par le jeu. Ainsi, il crée une pédagogie particulière pour ces enfants-là, et pose les bases de ce que l'on appelle aujourd'hui éducation nouvelle ou pédagogie active.
Maria Montessori, 31 ans, s'intéresse ensuite à la psychologie et la philosophie (reprise d'études universitaires), et commence à s'interroger sur les pratiques éducatives de son époque. Elle se rend vite compte que sa conception de l'éducation des enfants n'est pas similaire à celle de ses contemporains, et s'engage donc dans un projet d'école d'un quartier défavorisé de Rome.
La Maison des Enfants, ou Casa dei Bambini, est née (1907). Cette école lui permettra d'expérimenter et de faire évoluer sa méthode pédagogique directement auprès d'enfants. Elle y développera une grande partie de son matériel, mais elle fera surtout l'expérience du renouveau de la vision que l'on porte sur les enfants.
D'autres écoles naissent rapidement, en Italie, en Europe et aux États-Unis ; Maria Montessori écrit, fait des conférences et fonde l'Association Montessori Internationale pour exprimer son désir de voir changer les choses, dans le sens d'un plein développement de l'être humain. Elle sera à la fois adorée et condamnée ; elle rencontre un fort mouvement favorable à sa pédagogie, mais doit dans le même temps quitter l'Italie sous la pression du pouvoir fasciste en place en Italie à cette période. Elle s'exile donc en Espagne, puis aux Pays-Bas. La Seconde guerre mondiale l'amènera une fois de plus à s'exiler en Inde où elle développera des écoles. A son retour en Europe, elle est réhabilitée par son pays, et meurt à 82 ans aux Pays-Bas.
Aujourd'hui encore, à travers le monde, la pédagogie Montessori inspire et fascine : nombre d'écoles revendiquent cette méthode éducative, tout comme de nombreux parents pratiquant l'école à la maison ou l'IEF (Instruction en Famille).

Pourquoi ?

Pourquoi commencer par parler de Maria Montessori ? Tout simplement parce que je suis entrain de lire ses livres. Pourquoi commencer par la Pédagogie scientifique et non un autre de ses nombreux autres ouvrages ? D'abord, parce que je pense que c'est une bonne entrée en matière, et ensuite parce qu'il est le premier de ses livres publiés en France. J'ai lu L'Enfant (aussi édité sous le titre L'enfant dans la famille), mais ce livre est court et peut représentatif du travail qu'elle a accompli. Elle y parle plutôt de ce qu'elle rencontre, de ce qu'elle pense sur l'éducation des enfants de son époque, pointe du doigt les problèmes qu'elle observe, mais ne traite pas de sa pédagogie à proprement parler.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire